Tout en simili

C’est une tenue tout en simili que je vous propose aujourd’hui ! Non non que nous nous entendions bien là-dessus, il n’est pas utile de penser au fouet et à la tenue over sexy !

J’aurais voulu appeler cette tenue « working girl » mais en regardant les photos je me suis dit que ce look ne conviendrait peut-être pas à une journée de travail, du moins pas pour tout le monde. Et surtout en début août j’avais peur d’en déprimer certains.

Le top est en simili daim et arbore un magnifique dos nu. Il m’aura fallu seulement 3 heures pour le réaliser, je pense que je referais ce modèle il m’a beaucoup plu et a été très agréable à faire et à porter (le simili daim c’est doux comme on aime). J’avais une petite appréhension quant à savoir si ma machine allait accepter le tissu parce que l’année dernière, j’avais voulu créer une robe dans cette étoffe et elle n’a pas accepté de faire un seul point. Á croire qu’elle a pris de bonnes résolutions et qu’elle a décidé de devenir ma meilleure alliée plutôt que ma pire ennemie.

La jupe s’arrête juste au-dessus du genou, elle n’est pas fendue comme les jupes fourreaux habituellement mais elle apporte la touche originale de la tenue grâce à des détails discrets mais remarquables.

J’ai passé 5 heures à la coudre, ce qui est plutôt convenable. Je dis plutôt convenable parce qu’en réalité elle aurait pu être très rapide à réaliser. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? La complexité de la réalisation provient du simili cuir aubergine. Pour celles (et ceux) qui connaissent c’est un tissu qui interdit les erreurs, non non, on ne découd pas le simili cuir ! Vous l’aurez remarqué, à l’arrière de la jupe on a un petit plissé, le résultat était évident sur un tissu fin et souple, mais un peu plus compliqué à imaginer sur un tissu aussi rigide que le mien. Par ailleurs à l’origine j’avais décidé de faire cette pièce en un seul morceau, mais le résultat n’était pas heureux. Ça formait un pic plutôt qu’un plissé. Donc j’ai décousu, oui j’ai osé découdre, mais j’ai eu peur. Et j’ai recoupé cette partie pour en faire deux pièces, puis je l’ai repiqué, exactement dans les anciens trous. Le résultat ? Un joli plissé, discret, mais jolie.

J’avais déjà travaillé du simili cuir sur ce projet, la jupe a beaucoup moins de détails mais elle m’a permis de me faire la main avant de travailler sur cette jupe-ci (dont je suis très fière). De plus, ce tissu est un vrai coup de coeur. Je ne vous en ai jamais parlé mais mon endroit préféré pour acheter du tissu c’est le marché. Des rouleaux et des rouleaux de tissus, à bon prix, vendus par des personnes ultras sympas. Et d’ailleurs cette jupe en est une fois de plus la preuve, si tant est qu’il faille vraiment le prouver !

Je vous explique, quand j’arrive le dimanche matin, je fais le tour du marché, et je choisis mentalement tout ce que je vais acheter, avant de me décider. Du coup, ça arrive que certains reste de rouleaux me passent sous le nez, victime de leurs succès. Mais la personne qui a dit qu’il valait mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets ne connaissait pas la petite fille qui sommeille en moi et qui trouve que c’est une super idée d’acheter 10 mètres de dentelle et de tissu stretch rose bonbon pour faire une robe avec une traîne (10 mètres… à peine rentrée chez moi que je le regrettais déjà). Bref tout ça pour dire, que (maintenant) je réfléchis beaucoup avant d’acheter. Et c’est dans un moment de réflexion que j’ai aperçu cette étoffe pliée sous un étalage, là je reconnais mon coeur s’est emballé « non ne réfléchis pas il est pour toi ce tissu c’est sûr ! »; »ah non il n’est pas à vendre, c’est pour couvrir les rouleaux quand il pleut ». Quoi ?!!? Comment mon coup de coeur pouvait-il servir de bâche ? Alors, le coeur brisé, je me suis résignée et j’ai continué mes achats. Au moment de payer le vendeur me l’a offert pour mon plus grand plaisir.

Je me rends bien compte que cet article est plein de contradictions, il ne faut pas découdre mais je le fais, il ne faut pas acheter sur un coup de tête mais je le fais. Que voulez-vous, les règles sont faites pour être transgressées non ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *